LOUVET SAS

Logo passif

Quelques Références

Ministère de l'Environnement

Fil d'actualité introuvable

ADEME

Fil d'actualité introuvable

Cours Flixo de Ponts thermiques

La problématique des ponts thermiques a fortement évoluée depuis plusieurs années.

Le fait de réaliser des ouvrages plus étanches à l'air, avec en corollaire des augmentations d'humidité relatives plus importantes (Rappelons que la VMC simple flux a été pensée pour des bâtimentrs du XXe siècle, avec une étanchéité à l'air...moins efficace), fortement isolés avec des matériaux parfois non favorable à la transmission d'humidité, est en train de générer un nombre certain de désordres.

Certains ne se verrons que dans quelques années, lorsque le temps aura fait son oeuvre.

Tout cela, au delà de la problématique pure de chauffage, nous a amener à nous équiper pour calculer ces ponts thermiques et interpréter avec des logiciels dynamique le transfert d'humidité dans les parois.

Flixo, pour la partie ponts thermiques nous a paru interessant et simple d'usage, avec un rendu rapide.

Lire la suite

Imprimer E-mail

De l'incidence d'un détail sur les ponts thermiques

Vendredi, alors que nous travillions sur un bâtiment passif avec la Fédération de la Construction Passive, dans le cadre de la labelisation, nous nous interrogions sur un pont thermique très important,alors qu'à priori, rien n'indiquait un ttel impact sur notre bâtiment.

Il correspondait à la jonction entre deux isolants extérieurs, en sortie de sol, rien que du classique, sur un mur béton.

Comme nous faisions un bâtiment passif, nous l'avions recalculé, et n'avions pas pris le saco-sain pont type de la banque de donnée réglementaire.

Valeur 0.686 w/ml°Csoit 2 kw sur le tour du bâtiment. Comme dit sur un bâtiment réglementaire RT 2012, cela ne réprésente pas tant d'impact (quoique, pour un batiment de 450 m²) rien qu'au vu des infiltrations d'air, mais ici.

Alors nous avons creusé et mis en évidence la bavette alu, entre les 2 isolants, réalisant la finition des 2.

Remplacé par de l'inox, on passe divise par 2 la perte, et remplacé par du PCV on atteint 16%...

Au final d'ailleurs, y a t'il vraiment besoint de cet accessoire?

Si nous devons en tirer une leçon, c'est que, aujourd'hui, l'amélioration thermique d'un bâtiment passe par les détails d'exécutions, si simples et anodins soient il!

Aux thermiciens, et aux architectes de travailler ensemble pour y arriver.

Imprimer E-mail

Qui a dit que la RT 2012 empèche de construire tout électrique?

En discutant de droitrte et gauche, je découvrea vec stupéfaction comment contourner la RT 2012, son esprit, et avoir un résultat cohérent pour une maison individuelle et pour un côut limité.

Repassez en solution tout électrique : Comment?

Simple: Votre maison individuelle, vous ne prévoyez qu'un poele à bois à pellet dans la pièce principale. Besoin de rien d'autre voyons! un seul poele chauffe toute la maison, maintenant que c'est bien isolé! (Tu parles! comme en RT 2012, mas le gogo lui gobe)

Bon au cas où on place quand même des prises électriques qu'on va protéger comme il faut, si vous souhaitez, demain ou plus tard chauffer quand même les autres pièces, on ne plus avoir de pellet...

Et hop! compte tenu des coefficient, vous avez une maison avec de l'énergie renouvelable, puis compte tenu des bonus vous n'avez même pas besoin de tant isoler que ça.

Dans 1 an on est en tout électrique, et ce de manière réglementaire...

 

Imprimer E-mail

La Loi MOP - Evolution?

La Loi MOP et sa répartition ne me paraissent plus refléter la réalisation de nos projets.

Aujourd'hui, que constatons nous:

Un travail très important sur la thermique des bâtiments avec si nécessaire des simulations thermiques dynamique dès la phase esquisse, afin de lancer les choix les plus judicieux.

Les calculs ne sont plus une vérification que la batiment fonctionne, qu'il est réglementaire, ou pour permettre le dimensionnement des installations, mais bien un outil d'aide à la conception.

Chaque fois que nous avons calculé plus tard que l'APS, et bien, le projet a du être repris, parfois en profondeur, avec les pertes de temps, d'énergie, et la perte d'informations que cela engendre.

Ce n'est pas admissible, et ce d'autant plus que le contexte économique nous a fait perdre 20% (au moins) sur les taux d'honoraires, et que, pour nous en sortir, nous, techniciens, ainsi que les architectes, nous devons optimiser nos ressources.

Ce travail culmine vers l'APD, avec les calcul thermiques réglementaires. Et nous ne pouvons pas le construire à partir d'un projet APS

Reprendre un APD aujourd'hui est catastrophique financièrement et techniquement.

Aussi, l'essentiel du travail de conception est terminé en phase APD. Il ne reste alors qu'une mise en forme et l'ajout des descriptions et généralités en phase PRO, ce qui va rapidement avec l'assistance de l'Informatique.

Il faut aussi lutter contre l'envie d'aller de l'Esquisse au PRO en direct. C'est une certitude, le faire est aller au mur, et tous deviennent grognon, des concepteurs au Maitre d'Ouvrage.

Aussi, il faut militer pour une répartition qui reflète la réalité de notre travail, et nous permette, avec des honoraires tirés vers le bas, de ne pas faire le banquier de nos clients, ce que nous ne sommes pas.

ESQ  5%
APS  10%
APD  25%
PRO  10%

Imprimer E-mail

  • 1
  • 2

Dernières affaires traitées

Fil d'actualité introuvable